Join us:

17-20 october 2017
Epernay - Le Millesium

Un bilan Champagne porté par les marchés émergents

Les chiffres du Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne viennent de tomber, et avec eux une conclusion : 2012 ne sera une nouvelle année record pour les champagnes.

Depuis la fin 2011, il apparaissait que les ventes champenoises étaient en difficulté, tendance qui s’est notamment confirmée en fin d’année 2012. Malgré de nombreuses offres promotionnelles et autres rabais en cette période clé pour les vins effervescents, les ventes de champagnes en décembre 2012 étaient 8,8 % inférieures à celles de décembre 2011.

Globalement, 308,8 millions bouteilles de vins champenois ont été vendues pour une valeur de 4,37 milliards d’euros en 2012. Les ventes de champagnes ont diminué de 4,4 % en volume par rapport à 2011, s’éloignant encore d’avantage du record des 338,7 millions de cols vendus en 2007.

En valeur, la diminution n’était cependant que de 0,7 %. Cette quasi-stabilité du chiffre d’affaires assure logiquement une hausse du prix moyen des champagnes. En un an, ce dernier a ainsi bondi de 13,62 à 14,15 euros la bouteille (+3,89 %). Dans un contexte macro-économique difficile, les champagnes confortent et valorisent leur image de luxe sur les marchés émergents au détriment de marchés traditionnels, de volume.

La France reste le premier marché des champagnes (représentant 55,5 % des volumes), mais sa consommation ne cesse de s’éroder. Si les achats domestiques diminuaient de 5,6 % sur l’année, ceux européens chutaient de 7,1 %. Désormais les expéditions vers les pays tiers comptent pour 19,75 % des volumes champenois expédiés, avec 61 millions de bouteilles exportées.

Vitisphère – Février 2013