Join us:

13-16 october 2015
Epernay - Le Millesium

Les IGP Effervescents face aux Crémants

Les IGP vont-elles pouvoir se voir interdire la possibilité de vinifier des effervescents ? La confédération française des IGP attend le rendu du Conseil d’État sur le recours de la Fédération nationale des Producteurs et Élaborateurs de Crémants.

L’arbitrage, qui devrait être connu en février ou mars, pourrait être en faveur de la Fédération des Crémants dont le principal argument repose sur la notion d’antériorité du produit (existence du produit avant sa formalisation légale à travers un cahier des charges). Cette notion d’antériorité avait déjà été retenue en avril par le Conseil d’état dans le cadre du recours du CIVC contre l’AOP coteau de Coiffy qui s’était donné la possibilité de produire des effervescents. « La production de vins mousseux n’est pas attestée pour une période antérieure à 1894 dans la zone géographique délimitée par le cahier des charges litigieux... »

La confédération craint que que certains cahiers des charges ne tiennent pas face à l’expertise implacable des juges. Pour autant, la notion d’antériorité pourrait être défendue pour les IGP produites dans les zones où il existait des vins de table effervescents avant le réforme OCM de 2008.

L’enjeu vaut en effet la bataille, le marché des effervescents en s’est jamais aussi bien porté avec une progression mondiale de 35% en volumes sur les 10 dernières années. Le segment des des IGP effervescents pourraient-ils apporter un nouveau dynamisme en proposant de nouveaux produits innovants et porteurs ? Les IGP affirment qu’ils pourraient concurrencer les effervescents étrangers sans faire de l’ombre aux crémants en ciblant le cœur de gamme.

Ces tentatives de conciliations économiques laissent insensibles les Crémants qui pensent que les IGP vont « perturber le marché ». Ils n’ont d’ailleurs pas cédé aux IGP qui proposaient d’autoriser la production de bulles aux seules IGP Régionales et uniquement en cuve close.

Réussir Vigne – Février 2014